Le gang des rêves



Auteur : Luca Di Fulvio
Edition : Pocket
Genre : contemporain
Année de publication : 2017 
Nombre de page: 945

Synopsis

Une italienne de quinze ans débarque avec son fils dans le New York des années vingt... L'histoire commence, vertigineuse, tumultueuse. Elle s'achève quelques heures plus tard sans qu'on ait pu fermer le livre, la magie Di Fulvio. Roman de l'enfance volée, le Gang des rêves brûle d'une ardeur rédemptrice: chacun s'y bat pour conserver son intégrité et, dans la boue, le sang, la terreur et la pitié, toujours garder l'illusion de la pureté.

Mon avis

Je suis un peu à contre courant des avis que l'on peut trouver sur ce livre car cela n'a pas été un coup de cœur pour moi.
Je dois même avouer que j'ai pensé à abandonner le livre entre les 100 et 200 premières pages mais les critiques dithyrambiques que je pouvaient lire sur ce bouquin m'ont poussée à continuer et heureusement, l'histoire a commencé petit à petit à devenir plus intéressante et moins dramatique.

Ce roman est une saga familiale qui se déroule sur une vingtaine d'année. On suit la vie de Cetta et de son enfant Christmas vers la conquête du rêve américain. 
L'auteur nous plonge dans une ambiance assez lourde qui touche la condition des immigrés du début du XXème siècle qui débarquent dans les quartiers pauvres de New York. On y découvre le désespoir, la misère, le racisme mais surtout la violence. La violence est fortement présente dans ce livre et notamment à travers le viol qui est très détaillés sur des pages et à plusieurs reprises. Personnellement, j'ai trouver cela assez dérangeant et cela plombe bien le moral.

Le point fort de ce roman sont les personnages qui sont très bien construit par l'auteur.
Cetta est un personnage que j'apprécie car c'est une femme forte, déterminée, courageuse face à sa vie assez tragique. c'est une battante qui à toujours fait le maximum pour garder son enfant auprès d'elle et lui donner le maximum pour s'en sortir ou au moins avoir une meilleure vie que la sienne.
C'est également une femme qui a toujours su rester optimiste ce qui est assez incroyable lorsqu'on connait sa vie. Cela donne une belle leçon de vie aux gens qui ont tout mais ne sont jamais satisfait.

Quant à Christmas et Ruth, l'auteur a beaucoup plus travaillé leur psychologie que pour les autres personnages car ce sont eux qui prennent le plus de place dans cette histoire.
Christmas est un personnage qui évolue énormément tout le long du livre. On remarque qu'il a acquit de belles valeurs grâce à sa mère et a toujours fait de son mieux pour s'en sortir sans nuire aux gens. Le seul point un peu négatif est qu'il n'a pas hérité de l'optimisme de sa mère. Par moment, il a tendance à broyer du noir alors qu'il a beaucoup de chance pour une personne qui vit dans un quartier d'immigrés pauvres et dirigés par les gangs. 

On retrouve également beaucoup de personnages secondaires très intéressants qui contrebalancent les clichés tel que Cyril, Bessie ou encore Pep. L'auteur nous a fait une fresque riche et diversifié.

Le personnage qui ne m'a pas plus est Bill. En dehors du fait que c'est un monstre, je trouve que l'auteur lui a consacré trop de pages. 
C'est vrai que Bill est un personnage important au début mais il n'y avait pas d'intérêts en lui consacré autant de passages qui permet juste à l'auteur d'intégrer des passages de violence, de viols dans le récit et qui n'apporte rien à l'histoire.

Quant à la plume de l'auteur, je l'ai beaucoup aimée. Il a une plume fluide, simple, soignée. Il arrive à travers son écriture à nous faire ressentir les sentiments des personnages et nous montre à merveille la période historique où se déroule l'histoire. 
L'auteur nous plonge dans un monde de gangsters sur fond de crimes, trahisons et prohibitions. 

Dans ce livre, l'auteur prend surtout le temps de nous montrer l'importance des rêves. Si le rêves américains n'existaient pas, tous ces immigrés n'auraient plus d'espoir et ne sauraient pas avancer tant bien que mal. 
Christmas vend du rêves aux autres tout le long du livre et cela fait du bien aux gens d'y croire. 
Bref, ce livre nous rappelle qu'il ne faut pas oublier nos rêves et que parfois ce rêve peut se réaliser.

Commentaires

  1. Pour moi, ça a été un vrai coup de coeur, mais c'est vrai que le début est un poil long. Par contre, je ne suis pas d'accord pour Bill, je trouve que justement, la violence n'est pas gratuite, elle montre les dérives d'une société américaine où la vie était loin d'être rose pour tous, et les conséquences serrure ça a sur des gens qui s'en servent pour nuire. Mais c'est clair que les passages le concernant sont vraiment difficiles à lire !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ton commentaire... c'est intéressant de voir une vision différente du livre. c'est vrai que l'auteur a certainement voulu montrer le côté noir de la société américaine avec Bill mais personnellement, je trouvais qu'il le montrait trop à travers la violence, les viols... C'est peut être du au fait que je n'aime pas les livres violents, trop crus, horreur, etc. C'est mon côté sensible qui ressort dans mon avis. ^^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Une vie à t'attendre

Carte sur tables

Ta nouvelle vie commence ici